>> Weitere Beschreibung
Tantris
Composé sur commande de l'«Ensemble für Neue Musik» («Ensemble pour la Musique Nouvelle») de Stuttgart: Hanna Aurbacher (soprano), Gerhard Braun (flûte) et Werner Taube (violoncelle). La première audition a eu lieu le 12 février 1977 à Stuttgart, dans le cadre d'une série de concerts intitulée «Musik unserer Zeit» («Musique de notre Temps»).

Parmi toutes mes compositions, ce trio me semble avoir une importance particulière: il signale un tournant décisif de mon langage musical. En résumant, on peut constater que les oeuvres antérieures ont été marquées plus ou moins fortement par une écriture relativement abstraite, constructive ou expérimentale. Dans «Tantris», on peut ressentir des tendances allant en direction d'un langage plus direct, moins réfléchi, vers une musique où des éléments plus directement expressifs et émotionnels peuvent être reconnus (et ressentis!).

Dans ce trio, on remarque une nette tendance vers les nuances «piano» et «pianissimo». Cette tendance se prononcera dans beaucoup de mes compositions ultérieures. «Tantris» est une pièce tranquille, retenue, concentrée sur elle-même.

En ce qui concerne la technique de composition, on constate une forte diminution des grands intervalles mélodiques (septièmes, neuvièmes, etc.); les mélodies tendent plutôt à tourner autour d'une note momentanément centrale, l'étendue restreinte est souvent enrichie de multiples couleurs de quarts de ton.

Pour des raisons faciles à comprendre, les parties du soprano et des deux instruments sont écrites de façon contrapuntique. Cette prédilection pour l'écriture linéaire déterminera non seulement mes futures oeuvres de musique de chambre, mais également mes compositions pour des formations plus grandes, par exemple «Kammermusik II» (« Musique de chambre II») (!) pour orchestre (1979).

«Tantris» est composé sur des textes extraits de «Finnegans Wake» de James Joyce, textes auxquels ont été ajoutées quelques notes explicatives que Joyce a fournies dans une lettre. Tous ces passages se rapportent au personnage de Tristan. Le titre de la composition a été emprunté au «Roman de Tristan»:

Tristan s'est battu avec Morolt d'Irlande qu'il a réussi à vaincre et à tuer. Cependant, le combat lui a laissé une grave blessure que seule Isôt, reine d'Irlande et soeur de Morolt, pourra guérir. Pour ne pas être reconnu, Tristan se présente à lsôt, déguisé en ménestrel et prend le nom de «Tantris».

Le titre de ma composition fait également allusion à la formation de trio (Tan-tris) pour Iaquelle cette oeuvre à été écrite. Le texte de la composition, plein de jeux de mots, d'onomatopées, etc., n'est guère traduisible; il n'est donc présenté que dans sa version originale:

«Sir Tristram

Sir Amory Tristram first earl of Howth changed his name to Saint Lawrence, born in Brittany (North Armorica)

Sir Tristram, violer d'amores

viola in all mood and senses

fr'over the short sea, had passencore rearrived from North Armorica on this side the scraggy isthmus of Europe Minor to wielderfight his penisolate war: nor had topsawyer's rocks by the stream Oconee exaggerated themselse to Laurens County's gorgios while they went doublin their mumper all the time: nor avoice from afire bellowsed mishe mishe to tauftauf thuartpeatrick

Tu es Petrus et super hanc petram

All the birds of the sea they trolled out rightbold when they smacked the big kuss of Trustan with Usolde cuddling her and kissing her, tootyfay charmaunt, in her ensemble of maidenna blue, with an overdress of net, tickled with goldies, Isolamisola, and whisping and lisping her about Trisolanisans, how one was whips for one was two and two was lips for one was three»


Hans Ulrich Lehmann, Revue "TROU" VII, Editions de la Prévôté, Moutier (1990)